Une certaine « haute disponibilité » pour PME …

La haute disponibilité peut se définir par 2 critères lorsqu’on doit conseiller une PME sur la pertinence d’une solution… Tout est une question de budget, « zero » seconde d’indisponibilité, c’est un budget colossal, 5 à 10 minutes c’est un budget conséquent mais raisonnable, 4 heures, 2 jours, 1 semaine … ? Plus c’est court, plus c’est cher et la différence de prix entre « zéro seconde » et 10 minutes donne une idée de l’infini ;-).  En claire, le temps c’est de l’argent.

 

1)      Quelle est le délai acceptable chez vous pour un redémarrage total des opérations : coût de l’indisponibilité

2)      Quelle quantité d’information êtes-vous disposé à devoir ré-encoder : coût de la perte

 

Avec ces deux questions, une PME peut définir les limites dans lesquelles la « haute disponibilité » s’exprimera.

 Windows Server 2012 représente dans ce domaine une avancée importante.  Hyper V replica est une fonctionnalité qui permet d’assurer la réplication de VM d’un Hyper V vers un autre soit au sein d’un même réseau soit au moyen du protocole https (ou http), la latence entre la VM source et la VM répliquée est de 5 minutes (non paramétrable) (attention au wan pour les gros volumes)

 On pourrait ainsi imaginer de créer pour une PME de 15 personnes (le nombre n’a pas d’importance) 2 serveurs physiques avec Windows Serveur 2012 Standard  et de répliquer au sein du même réseau les VM de production, on configurera le serveur répliqué avec plus d’espace disque que le serveur de production pour se créer un historique de réplication et pouvoir en cas de souci remonter un état antérieur à T-5.  Ceci ne dispense pas le client de ses back ups ;-) mais s’il est prêt à accepter 5 minutes de ré-encodage et une fenêtre d’une dizaine de minutes d’indisponibilité (soyons conservateurs), la solution est tout à fait raisonnable en terme de budget et on est à des années lumières du prix d’un cluster hardware full redondant…

Poussons le bouchon un peu plus loin… Pourrions-nous offrir le même niveau de service voir mieux avec Windows Azure ?   Absolument, mais dans ce contexte on devra substituer l’investissement matériel dans les serveurs physiques par une redondance des connexions Internet en prenant soin de ne pas utiliser la même technologie et de mixer p.ex câble et SDSL …

Réponse embryonnaire bien sûr, les serveurs sont supposés intégrer la redondance hardware, les switches, parefeus à doubler, doubler la sauvegarde interne-externe, la capacité de l’onduleur est à définir, et pour certains qui ne pourraient se passer de travailler si EDF ou Electrabel les lâchaient, un groupe électrogène.  Il n’y a pas de limite à la dépense😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s